Tous les textes des 3R

Compétitivité et Attractivité des filières d’élevage de viande et lait

Bovins à viande | Compétitivité des filières

Analyse de la rémunération des ateliers bovins viande en Pays de la Loire par une modélisation statistique de type régression multiple et par une classification ascendante hiérarchique

CORNETTE B. (1), GROSBOIS C. (1), HEMERY M. (2), GLUMINEAU F. (2), GERARD-DUBORD K. (3), BRETON D. (1), LAMBRECHT V. (1), BISSON P. (4), NOUAILLETAS T. (1)

(1) Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, 9, Rue André Brouard, BP 70510, 49105 ANGERS CEDEX

(2) Bovins Croissance Sèvres Vendée Conseils 21 Boulevard Réaumur, 85013 La Roche sur Yon

(3) Seenovia 141 boulevard des Loges, 53940 Saint Berthevin

(4) Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres,65 Boulevard de Nantes, 79300 Bressuire

RESUME
Selon la méthode CouProd®, la rémunération de la main oeuvre d’un échantillon de 677 ateliers allaitants conventionnels en région Pays de la Loire-Deux Sèvres est en moyenne de 1,46 Smic par UMO (± 1,27 Smic/UMO) sur la période 2015-2017. Ce niveau de rémunération varie en fonction du système de production : Naisseur (1,1 Smic/UMO en moyenne ; ± 1,27) ou Naisseur-Engraisseur (1,79 Smic/UMO ; ± 1,07). L’étude de la base de données réalisée par les Chambres d’agriculture des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres, Bovins Croissance Sèvres Vendée Conseils et Seenovia, permet d’identifier les caractéristiques des systèmes bovins les plus rentables ainsi que les variables explicatives des écarts de rémunération entre les systèmes. Les résultats sont déclinés par système de production et pour 5 races de bovins : Charolaise, Limousine, Blonde d’Aquitaine, Parthenaise et Rouge des Prés. Dans un premier temps, une analyse descriptive de l’échantillon global a été
réalisée. Ensuite, le système Naisseur-Engraisseur Charolais (n=201) a fait l’objet d’un traitement par régression linéaire multiple et d’une classification ascendante hiérarchique. L’explication des écarts de rémunération a été obtenue par l’analyse de la covariance sur la variable « rémunération permise » (ANCOVA). Les variables
explicatives des différences de rémunération sont le coût de production (30%), au sein duquel le poste de charges « aliments achetés » (11% de la variabilité) et mécanisation (6%) ont le plus d’impact, puis la productivité de la main d’oeuvre (5%). La productivité des UGB (notamment poids de carcasse et âge au premier vêlage) a un lien significatif avec le nombre de Smic par UGB (R²=0,14). Dans un dernier temps, quatre typologies de systèmes Naisseurs-Engraisseurs Charolais dégageant plus de 2 Smic par UMO ont été identifiées. Dans une optique d’augmentation de la rentabilité des exploitations, les résultats de cette étude invitent à mobiliser des leviers de réduction des charges et particulièrement celles liées au système fourrager et l’autonomie alimentaire par une plus grande part de céréales autoconsommées plutôt que l’augmentation simple de la production par exploitation.

Bovins à viande | Compétitivité des filières

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière