Tous les textes des 3R

Compétitivité et Attractivité des filières d’élevage de viande et lait

Alimentation | Compétitivité des filières

Quantifier les matières premières utilisées par l’alimentation animale en France et segmenter les flux jusqu’aux filières consommatrices

CORDIER C. (1,2,3), SAILLEY M. (1,2,3), COURTONNE J.-Y. (4), DUFLOT B. (1), CADUDAL F. (2), PERROT C. (3), BRION A. (5), BAUMONT R. (6)

(1) IFIP - Institut du porc – 35651 Le Rheu Cedex
(2) ITAVI – 75009 Paris
(3) Institut de l’élevage – 75012 Paris
(4) INRIA Grenoble, STEEP – 38330 Montbonnot
(5) SNIA – 75007 Paris
(6) Université Clermont Auvergne, INRAE, Vetagro Sup, UMR Herbivores – 63122 Saint-Genès-Champanelle

RESUME
Les attentes sociétales relatives à l’alimentation des animaux d’élevage s’intensifient (sans OGM, sans déforestation importée, limitant la compétition avec l’alimentation humaine…) et deviennent parfois une condition d’accès au marché pour certaines productions animales. Il est ainsi apparu nécessaire de disposer d’un panorama complet des flux de matières premières (grains, coproduits et fourrages) dans le système alimentaire français depuis les ressources jusqu’à leurs différentes voies de valorisation (alimentation humaine ou animale, export, énergie…). L’étude du GIS Avenir Elevages a mobilisé un réseau d’experts des différentes filières dans l’objectif de construire une méthodologie permettant une segmentation détaillée des consommations de matières premières par filière animale. Une méthode de réconciliation des flux avec optimisation sous contraintes a été utilisée pour mettre en cohérence les différentes sources de données disponibles. Ainsi, pour l’année 2015, le total des utilisations animales de matières premières concentrées a été évalué autour de 34 Mt standardisées à 85% de matière sèche et celles de fourrages entre 70 et 72,5 Mt de matière sèche (pertes et refus déduits). Les bovins laitiers et mixtes ont été les deuxièmes utilisateurs de matières premières concentrées (24%), derrière les filières volailles (34%), et devant les porcs (23%) et les bovins à viande (12%). L’utilisation du tourteau de soja serait encore plus ciblée : 36% pour les bovins laitiers et mixtes contre 44% pour les volailles et 6% pour les porcs. Ces résultats permettent de fixer des repères précis sur l’alimentation des animaux d’élevage, sa durabilité, l’importance de l’élevage dans la valorisation des coproduits issus de l’agro-alimentaire ou encore l’autonomie alimentaire et protéique de l’élevage français.

Alimentation | Compétitivité des filières

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière