Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Bovins laitiers | Ingestion

Pourquoi l’ingestion des vaches à l’herbe reste limitée même avec un ray-grass très digestible ? Rôle des acides gras volatils absorbés par la paroi ruminale

BOUDON A. (1, 2), JUTON J. (1, 2), DELAGARDE R. (1, 2), PEYRAUD J.-L. (1, 2), FAVERDIN P. (1, 2)

(1) INRA, UMR 1080 Production du lait, 35590 St Gilles, FRANCE

(2) Agrocampus ouest, UMR 1080 Production du lait, 355590 St Gilles, FRANCE

INTRODUCTION

Accroître l’utilisation du pâturage dans les systèmes laitiers peut réduire les coûts de production et limiter l’impact de l’élevage sur l’environnement. L’herbe à forte digestibilité, comme le ray-grass anglais, a une bonne valeur nutritive, équivalente à celle d’une ration complète à base d’ensilage de maïs. Cependant, son ingestion reste faible et variable si on la compare à celle de rations complètes. Une hypothèse pour expliquer ceci, est que l’effet rassasiant des nutriments énergétiques absorbés avec de l’herbe (AGV absorbés au niveau ruminal) serait supérieur à celui du glucose qui représente une part significative des nutriments absorbés avec une ration à base d’ensilage de maïs (Faverdin, 1999). L’objectif de cette étude est de tester cette hypothèse en comparant l’effet rassasiant du propionate, AGV le plus rassasiant (Faverdin, 1999), à celui du glucose sur des vaches laitières nourries avec du ray-grass anglais et de déterminer l’effet de la vitesse d’absorption du propionate sur son effet rassasiant.

Alimentation | Bovins laitiers | Ingestion

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière