Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Qualité des produits | Ruminants (général)

Biohydrogénation comparée des acides gras insaturés d’un concentré protéique de luzerne et de graines de lin extrudées

BEJARANO L. (1), MIGNOLET E. (1), COULMIER D. (2), VANVOLSEM T. (3), LARONDELLE Y. (1), FOCANT M. (1)

(1) Université catholique de Louvain, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique

(2) Desialis, F-51007 Chalons en Champagne

(3) Dumoulin s.a, 5300 Seilles, Belgique.

INTRODUCTION

Les graines de lin extrudées (GLE), riches en acide ?-linolénique (ALA), sont aujourd’hui utilisées dans plusieurs filières animales pour enrichir la matière grasse (MG) du lait, de la viande ou des œufs en acides gras insaturés. Toutefois, la biohydrogénation dans le rumen limite le transfert des acides gras polyinsaturés (AGPI) des GLE dans le lait ou la viande des ruminants (Dang Van et al., 2008). De plus, la majorité des graines de lin valorisées en alimentation animale est importée du Canada. Il en résulte une dépendance économique et une empreinte écologique défavorable. La recherche de matières premières indigènes, riches en AGPI résistant davantage à la biohydrogénation ruminale, est donc pertinente. Parmi les alternatives, le concentré protéique de luzerne (CPL), avec une teneur en MG de l’ordre de 10 % de la MS, est aussi une bonne source d’ALA. De plus, il subit, durant sa fabrication, divers traitements thermiques susceptibles de diminuer sa dégradabilité dans le rumen. L’objectif de cette expérience était de comparer les cinétiques de bio-hydrogénation des AGPI d’un CPL et de GLE dans un modèle in vitro.

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Qualité des produits | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière