Tous les textes des 3R

Pathologie

Caprins | Mammites | Santé animale

Evaluation de stratégies de contrôle des comptages de cellules somatiques des laits de mélange en élevage caprin.

R.. de CREMOUX (1), V. HEUCHEL (2), Y-M CHATELIN (2)

(I) Institut de I’Elevage, Chambre d’Agriculture du Tarn, BP 89, 81 003 ALBI Cedex

(2) Institut de I’Elevage, 149 Rue de Bercy, 75 595 PARIS Cedex 12

RESUME

51 élevages, adhérents au Contrôle Laitier et situés en régions Centre, Pays de la Loire et Poitou-Charentes et sélectionnés en fonction de leurs comptages de cellules somatiques élevés ont été suivis sur une période de trois ans (une année de référence et deux années effectives de suivi).Trois interventions annuelles ont été réalisées en début, milieu et fin de lactation afin de décrire les pratiques d’élevage, d’identifier les facteurs de risque vis à vis des infections intra mammaires (plus particulièrement liées à des germes dits à réservoir mammaire) et de constituer des plans d’action en concertation avec les producteurs.
La dynamique des infections en cours de lactation et à I’issue de chaque période sèche a été estimée à partir des résultats individuels de comptages de cellules somatiques selon les règles définies par de Cremoux et al. (1995) : prévalence des infections présumées, taux de guérisons, de nouvelles infections, pourcentages d’incurables ou de récidives, fréquence des primipares présumées infectées dès leur premier contrôle. L’incidence, sur ces paramètres, des pratiques mises en œuvre ainsi que de certains paramètres de structure ou de conduite d’élevage (pourcentages de primipares, de chèvres en lactations longues, période et répartition des mises bas) a été évaluée sous la forme de risques relatifs. Les premiers résultats font notamment apparaître l’importance de la gestion de la reproduction. Le désaisonnement allié à l’étalement des mises bas et à I’allongement des lactations parait propice
au maintien de la pression d’infection ce qui peut être à l’origine de réinfections précoces en début de lactation qui limitent d’autant l’efficacité escomptée des mesures curatives mises en oeuvre au moment du tarissement. Le traitement des chèvres au tarissement est sans conteste un élément clef dans l’assainissement du troupeau en début de lactation mais doit s’accompagner de mesures préventives. La limitation des entrées d’air induit une amélioration significative de la situation sanitaire du troupeau notamment vis à vis des infections à pathogènes mineurs. La limitation du massage, de l’égouttage et de la repasse améliore plus particulièrement les résultats des primipares. L’incidence de la sur traite comme de l’antisepsie des trayons après la traite est assujettie au niveau d’infection dans l’exploitation avec une relative tolérance à la sur traite dans un contexte de faible prévalence, lui
même favorisant l’efficacité de la désinfection. Cette étude fait apparaître la nécessite d’adapter et de hiérarchiser les conseils à la situation sanitaire et aux conduites d’élevage des troupeaux. Elle devra en outre être complétée par des études s’intéressant plus spécifiquement aux réglages des installations de traite et aux pratiques de traite.

Caprins | Mammites | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière