Tous les textes des 3R

Qualité des produits et Sécurité des aliments

Bovins à viande | Pollution | Qualité des produits et sécurité des aliments | Qualité viande

Le taux de transfert des polychlorobiphényles (PCBs) depuis la ration vers le tissu adipeux dépend de l’état d’engraissement du bovin en croissance

DRIESEN C. (1), ZENNEGG, M. (1), MOREL I. (2), HESS H.D. (2), LERCH S. (2)

(1) Empa, Laboratory for Advanced Analytical Technologies, 8600 Dübendorf, Suisse

(2) Agroscope, Groupe de recherche Ruminants, Route de la Tioleyre 4, 1725 Posieux, Suisse

INTRODUCTION
Les polychlorobiphényles (PCBs) sont des contaminants toxiques, persistants et bio-accumulables. La consommation de produits carnés bovins représente 16% de l’exposition humaine aux PCBs (Zennegg, 2018). La sécurité sanitaire chimique de la viande bovine est ainsi un enjeu majeur pour les filières. Afin d’assurer l’évaluation du risque en élevage, le taux de transfert des PCBs vers la viande est défini grâce au
facteur de biotransfert [BTF : concentration du PCB dans le tissu animal (ng/kg lipides) / ingestion de PCB (ng/j)]. Cependant, les données concernant les bovins à l’engrais sont rares et peu d’études ont considéré le rôle de la physiologie et des performances zootechniques [gain moyen quotidien (GMQ) et état d’engraissement] sur les BTF des
PCBs. L’objectif de cette étude est d’explorer les effets du GMQ et du pourcentage de lipides dans la carcasse sur les BTF des 18 congénères de PCBs pour lesquels des teneurs maximales réglementaires sont définis dans la viande [12 « dioxin-like » (dl-PCBs) et 6 « non-dioxin like » (ndl-PCBs)].

Visualiser le poster commenté

Bovins à viande | Pollution | Qualité des produits et sécurité des aliments | Qualité viande

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière