Tous les textes des 3R

Nouveaux concepts pour l’alimentation, son pilotage et la composition de la ration

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

Traduction des effets digestifs de l’urée dans les systèmes PDI et UF rénovés

CHAPOUTOT P. (1) (2), NOZIERE P. (3), SAUVANT D. (1) (2)

(1) AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, 75231 PARIS CEDEX 05, France

(2) UMR INRA-AgroParistech 791 MoSAR, 16 rue Claude Bernard, 75231 PARIS CEDEX 05, France

(3) UMR1213 Herbivores, INRA-VetAgroSup, Theix, 63122 St Genès Champanelle

INTRODUCTION

Dans le système PDI (INRA, 2007), l’apport d’urée ne se
traduit que par une augmentation de la valeur PDIN de la
ration, qui permet d’équilibrer le déficit en N fermentescible et
donc d’utiliser la valeur PDIE potentielle de la ration. En outre,
l’influence positive de l’urée notamment sur la digestibilité de
la matière organique (dMO), prouvée par différents travaux,
n’est pas prise en compte. Dans le cadre du projet INRA
Systali, les effets de la balance protéique du rumen
(BPR = MAT ingérée – MA non NH3 au duodénum, en
g/kg MS)) sur les valeurs UF et PDI de la ration sont
représentés de façon plus explicite par un effet positif sur la
dMO et une influence négative sur l’efficacité de la synthèse
microbienne, au-delà de l’effet dominant positif de la matière
organique fermentescible ou MOF (Sauvant et al. 3R 2013).
Il convient donc, d’une part, de préciser les effets de l’apport
d’urée sur la réponse digestive ainsi que sur la synthèse
microbienne et ses composantes, et, d’autre part, de préciser
leur traduction dans le nouveau système.

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière