Tous les textes des 3R

Nouveaux concepts pour l’alimentation, son pilotage et la composition de la ration

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

Rénovation des unités alimentaires des ruminants : les principales relations utilisées pour le calcul des apports alimentaires.

SAUVANT D. (1), NOZIERE P. (2)

(1) INRA-AgroParisTech, UMR MoSAR, 16 rue C.Bernard, 75231 Paris Cedex 05

(2) INRA-VetAgroSup, UMR1213 Herbivores, Theix, 63122 St Genès Champanelle

RESUME

L’actualisation de l’estimation de la valeur nutritive des aliments et des rations nécessite de pouvoir intégrer les résultats les plus récents de la recherche. Pour cela des bases de données sur la digestion et la nutrition des différents types d’animaux ont été construites. Ces bases ont été codées puis traitées par des méta-analyses qui ont permis d’obtenir de nombreuses équations empiriques quantifiant les réponses digestives des animaux aux variations des régimes et des pratiques alimentaires.
L’ensemble des équations a été intégré dans un modèle mécaniste de la digestion (Sauvant et Nozière, 2012). Une partie des équations ainsi obtenues ont été utilisées pour actualiser les systèmes d’unités d’énergie (UFL) et de protéines (PDI). Ces équations concernent en particulier 1) la prévision du transit des particules et des liquides en fonction du niveau d’ingestion (NI) de MSI%PV et de la proportion de concentré (0<PCO<1) 2) la prise en compte de ces transits dans le calcul de la digestion ruminale des protéines et amidon des aliments dans le rumen à partir des données de dégradation in sacco 3) la prise en compte des interactions digestives liées aux variations de NI, de PCO et de la balance protéique du rumen (BalProRu) 4) le calcul de la matière organique fermentée dans le rumen (MOF) en cherchant à obtenir une MOF vraie 5) la prévision du flux de protéines microbiennes au duodénum.
La prise en compte de l’ensemble de ces équations amène à fournir des tables « indicatives » des valeurs UF et PDI des aliments. Selon les régimes, ces valeurs peuvent changer en fonction de NI, PCO, et BalProRu du régime. Dans les tables, pour les aliments concentrés et co-produits, le NI de référence est fixé à 2 ; par contre, pour les fourrages, le NI de référence est celui de la mesure de la dMO des tables, qui correspond donc à son ingestibilité sur moutons. Pour ces deux types d’aliments le calcul des valeurs tables supposent que PCO = 0 et BalProRu est ignoré, ces 2 facteurs ne sont intégrés qu’au stade du calcul de la valeur de la ration.
Ce travail permet de prendre en compte les connaissances récentes sur les principaux phénomènes digestifs quantitatifs chez les ruminants, et de les intégrer dans des systèmes UF et PDI rénovés, tout en conservant l’ossature classique de ces systèmes. Il est ainsi possible de prédire plus précisément les apports sur une plus large gamme de régimes, et en particulier de mieux traiter des interactions énergie x protéines, et donc de mieux prédire les apports et les réponses aux régimes.

Alimentation | Digestion - Métabolisme | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière