Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Ovins laitiers | Qualité lait

Effets d’un apport de concentré ajusté aux besoins individuels comparés à un apport unique à des brebis laitières Lacaune alimentées à base de foin ou d’ensilage

HASSOUN P. (1), HARDY A. (2), DE BOISSIEU C. (3), TESNIERE A. (1), LEGARTO J. (3)

(1) UMR Selmet, Inra Phase, Univ. Montpellier, 2 place P. Viala, 34060 cedex 2, France

(2) Lycée Agricole de La Cazotte, 12400 Saint-Affrique, France

(3) Institut de l’Elevage, chemin Borde Rouge, 31320 Castanet-Tolosan, France

RESUME

Traditionnellement, les brebis laitières sont alimentées en lot avec une seule ration calculée sur les besoins de la brebis moyenne du lot. Depuis quelques années, les éleveurs investissent dans l’achat de distributeurs automatiques de concentrés afin d’économiser ces aliments et tendre vers plus d’autonomie alimentaire. C’est dans ce cadre que 2 essais (A1, A2) ont été conduits à la ferme du lycée agricole de La Cazotte (St-Affrique) pour simuler l’effet d’un ajustement des apports au niveau réel de production de lait (PL, l/j/b) comparé au système classique. Dans chaque essai, 120 brebis adultes ont été séparées en 2 lots et appariées selon 3 niveaux de PL : Haut (A1 3,7 ; A2 2,9), Moyen (A1 3,2 ; A2 2,4) et Bas (A1 2,7 ; A2 1,8). Chaque lot recevait des fourrages à volonté complémentée avec une quantité unique de concentré (lots témoin, T) ou ajustée à la PL de chaque niveau (lots expérimentaux E). L’ingestion des fourrages (QIf, kg MS/j/b), la PL et la composition du lait, le poids et la note d’état corporel des brebis ont été mesurés. Au cours des 2 essais, les QIf n’ont pas différé entre les lots T et E intra niveau de PL : B 2,2, M 2,35 et H 2,55, malgré des QI moyennes de concentré inférieures pour les 3 niveaux de E : EB (-0,70), EM (-0,55) et EH (-0,37). Les PL des deux essais ont été en moyenne inférieures (P<0,05) pour les lots EB (-0,20), EM (E1 -0,32) et EH (-0,16) sauf pour le lot H de A1. De manière générale, le taux butyreux était supérieur pour B et M du lot E, alors que le taux protéique n’était généralement pas différent. Le taux d’urée des lots E était inférieur en A1 et non différents en A2. La reprise de poids des brebis de E a toujours été inférieure alors qu’aucun effet n’a été observé sur l’état corporel. Au final, sur la base d’un troupeau théorique, l’économie moyenne de concentrés serait de 0,5 à 0,6 kg MS/j/b pour une perte de lait moyenne respective de 0,24 et 0,34 l/j/b. Il semble donc intéressant d’ajuster les apports en fonction du niveau de production des brebis sans risquer
de trop pénaliser la production et la qualité du lait à condition d’apporter de bons fourrages en ration de base.

Alimentation | Ovins laitiers | Qualité lait

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière