Tous les textes des 3R

Innovation, simplification : les transformations des systèmes d’élevage

Fourrage | Innovation | Innovation et simplification des systèmes d’élevage | Ruminants (général)

Simplifications de l’affouragement pour les troupeaux allaitants : évaluation des pratiques et de leurs conséquences zootechniques

AGABRIEL J. (1,2), FARRIE J.P. (4), POTTIER E. (4,5), NOTE P. (3)

(1) INRA, UMR1213 Herbivores, F-63122 Saint-Genès-Champanelle, France
(2) Clermont Université, VetAgro Sup, UMR Herbivores, BP 10448, F-63000, Clermont-Ferrand, France
(3) INRA, UE1296 Monts d’Auvergne, F-63210 Orcival, France
(4) Institut de l’Elevage, 63170 Aubière
(5) CIIRPO Le Mourier, 87 St Priest Ligoure

RESUME
Les simplifications des pratiques d’alimentation et d’affouragement telles que les modifications des modes et de rythmes de distribution des aliments, peuvent influer sur les performances zootechniques des ruminants. La distribution de l’alimentation hivernale par remorque mélangeuse qui broie partiellement les brins longs conduit à des niveaux d’ingestion d’autant plus accrues que les fourrages utilisés sont grossiers. La distribution séparée d’aliments concentrés de différentes natures à des agneaux à l’engrais ne modifie que peu les quantités et les proportions moyennes ingérées en comparaison à un mélange, et n’affecte pas les croissances. Mais la distribution à des bovins d’ensilage une fois tous les deux jours ou trois fois par semaine, et l’alternance de la distribution des composants de la ration sur la semaine, sont des pratiques qui conduisent à une moindre utilisation nutritive des aliments de la ration. La gestion de la composition des groupes qui reçoivent cette alimentation simplifiée peut renforcer ou atténuer ces effets.
L’utilisation de ces techniques est possible mais limitée à des animaux modérément productifs. Ils peuvent mobiliser la plasticité du comportement d’ingestion, des processus digestifs et métaboliques pour s’adapter à des rythmes de distribution d’alimentation très variés sans modifier les lois de réponses aux apports alimentaires. Cette capacité d’adaptation est une caractéristique forte des ruminants sur lequel l’éleveur peut s’appuyer pour aménager son travail selon ses contraintes personnelles. La modification des pratiques se raisonne donc toujours au regard des capacités d’adaptation des animaux, lesquelles doivent être mieux quantifiées par les travaux de recherches à venir.

Fourrage | Innovation | Innovation et simplification des systèmes d’élevage | Ruminants (général)

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière