Tous les textes des 3R

Reproduction

Caprins | Ovins à viande | Ovins laitiers | Reproduction

Amélioration des méthodes de cryopréservation et de transfert d’embryons chez les petits ruminants.

G. BARIL (1),Y. COGNIE (1), J.L. POUGNARD (2), B. LEBOEUF (2), A.S. TRALDI (1), F. GUIGNOT (1), J.F. BECKERS (3), P. MERMILLOD (1)

(1) INRA , Unité de Physiologie de la Reproduction et des Comportements, 37380 Nouzilly

(2) INRA, Unité Expérimentale d ’Insimination Caprine et Porcine, 86480 Rouillé

(3) Université de Liège, Faculté de Médecine Vétérinaire, Physiologie de la Reproduction B-4000 Sart-Tilman, Belgique

RESUME

Chez les petits ruminants, le coût de la transplantation embryonnaire est un facteur limitant essentiel de I’utilisation de cette méthode. Des techniques rapides à mettre en oeuvre, telles que la vitrification des embryons et leur transfert direct sans observation après dégel, peuvent contribuer à réduire les coûts de la transplantation embryonnaire et accroître ainsi le développement de cette méthode chez la brebis et la chèvre. Afin d’évaluer l’efficacité des ces techniques, 2 expériences ont été réalisées. Dans une première expérience, la viabilité des embryons vitrifiés /décongelés a été comparée aux résultats obtenus après transfert d’embryons frais chez la brebis ou après transfert d’embryons congelés (par congélation lente) chez la chèvre. Les taux de mise-bas et de survie embryonnaire ne différent pas significativement en fonction du traitement des embryons (chez la brebis : embryons frais 72 % et 60 % vs embryons vitrifiés 72 % et 50 % ; chez la chèvre : embryons congelés 69 % et 55 % vs embryons vitrifiés 48 % et 39 %). Dans la seconde expérience, la possibilité de transférer directement après dégel les embryons vitrifiés ou congelés (sans retrait des cryoprotecteurs et sans évaluation morphologique de la qualité des embryons après dégel) a été testée par comparaison avec la technique traditionnelle de transfert d’embryons vitrifiés ou congelés (retrait des cryoprotecteurs et évaluation de la qualité des embryons). Il n’a pas été observé d’effet significatif de la méthode de transfert sur les taux de mise-bas et de survie embryonnaire
(chez la brebis/embryons vitrifiés : transfert traditionnel 67 % et 49 % vs transfert direct 75 % et 53 % ; chez la chèvre/embryons vitrifiés : transfert traditionnel 23 % et 15 % vs transfert direct 38 % et 26 % ; chez la chèvre/embryons congelés : transfert traditionnel 74 % et 45 % vs transfert direct 71 % et 57 %).

Caprins | Ovins à viande | Ovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière