Tous les textes des 3R

Génétique

Caprins | Génétique | Génomique | Robustesse

Evaluation génomique contrôles élémentaires pour la quantité de lait et corrélations avec des index de robustesse chez les chèvres laitières françaises

ARNAL M. (1,2), DUCROCQ V. (3), PALHIERE I. (1), CHASSIER M. (2), ROBERT-GRANIE C. (1), LARROQUE H. (1)

(1) GenPhySE, Université de Toulouse, INRAE, ENVT, F-31326, Castanet Tolosan

(2) Institut de l’Elevage, Chemin de Borde Rouge, 31326 Castanet-Tolosan cedex

(3) Université Paris-Saclay, INRAE, AgroParisTech, UMR GABI, 78350, Jouy-en-Josas, France

Résumé
L’objectif de cette étude était d’une part de présenter un modèle d’évaluation génomique contrôles élémentaires (ssGBLUP_TDM) de la quantité de lait en caprins, et d’autre part d’étudier les corrélations entre les valeurs génétiques (index) générés par ce modèle et les index pour des caractères de robustesse comme la fertilité à l’insémination animale (Fert) et la longévité (LONG).
L’étude est basée sur les contrôles laitiers de chèvres, mesurées de la première à la troisième lactation entre 2000 et 2017. Le ssGBLUP_TDM développé permet de générer des index de production quotidiens ainsi que six index, correspondant au niveau de production et à la persistance pour les trois premiers rangs de lactation.
Les index obtenus pour le niveau de production avec le ssGBLUP_TDM étaient proches de ceux calculés par le modèle à la lactation classiquement utilisé dans les évaluations génétiques officielles. L’utilisation de l’information génomique a permis d’augmenter la précision des index des jeunes mâles et de réduire les biais.
Les corrélations entre les index issus du ssGBLUP_TDM et les index Fert et LONG ont été calculées pour les mâles ayant au moins 25 descendantes. Un index quotidien élevé pour la quantité de lait au moment de l’IA avait une relation défavorable avec l’index Fert. De plus, l’index persistance du lait était négativement corrélé à l’index Fert en primipares comme en multipares. Pour la longévité, un index quotidien élevé pour la quantité de lait chez les primipares était associé à un index LONG plus faible, tandis qu’un index quotidien élevé pour la quantité de lait en fin de lactation chez les multipares était positivement corrélé à l’index LONG. Enfin, la persistance laitière était positivement corrélée à la longévité chez les primipares et les multipares.
Cette étude apporte de nouveaux éléments de réflexion pour de futurs objectifs de sélection. De plus, les index pour la persistance du lait pourraient être utilisés comme un outil de sélection supplémentaire en fonction des objectifs des éleveurs : favoriser la longévité et les très longues lactations ou au contraire préférer des mises-bas groupées pour une production saisonnée.

Caprins | Génétique | Génomique | Robustesse

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière