Tous les textes des 3R

Efficience et Résilience alimentaires

Bovins laitiers | Efficience alimentaire | Elevage de précision | GES - gaz à effet de serre

Améliorer l’efficience alimentaire et réduire les émissions de méthane des vaches laitières les moins efficientes par une restriction alimentaire de précision

FISCHER A. (1), EDOUARD N. (1), FAVERDIN P. (1)

(1) INRAE, AGROCAMPUS OUEST, PEGASE, 35590 SAINT-GILLES, France

RESUME
La surconsommation alimentaire est un déterminant potentiel de l’efficience alimentaire (EA) chez la vache laitière. L’objectif de l’étude était de tester une restriction alimentaire de précision (RAP) comme un levier d’amélioration de l’efficience alimentaire de vaches laitières en lactation. Un troupeau initial de 68 vaches Prim’Holstein a été suivi du vêlage jusqu’au 196ème (+/- 16j) jour de lactation en alimentation à volonté, puis seules les 15 vaches les plus efficientes (effi+) et les 15 vaches les moins efficientes (effi-) ont été conservées et soumises à la restriction alimentaire de précision pendant 92 jours supplémentaires. Les 70 derniers jours des 2 périodes ont été retenus pour les analyses. Une ration unique et composée de 64,9 % d’ensilage de maïs et 35,1 % de concentrés (en % de MS) a été distribuée à toutes les vaches sur toute la lactation. La matière sèche ingérée (MSI) individuelle, le poids vif, la production laitière, la composition du lait et la note d’état corporel ont été mesurés, ainsi que les émissions de méthane (CH4). L’EA a été estimée comme la déviation individuelle à l’ordonnée à l’origine moyenne du modèle à effet aléatoire expliquant la MSI à partir de l’énergie nette du lait, du besoin d’entretien, des pertes et gains de poids vif, un effet du temps, et des interactions simples des variations de poids vif avec la parité et la période expérimentale. Pour un même niveau de MSI attendue, la quantité offerte pendant la phase de restriction alimentaire a été égale à la quantité ingérée des 10% de vaches les plus efficientes du troupeau pour des performances similaires. La RAP a diminué en moyenne la MSI des vaches effi- de 1,8 kg/j (de 22,7 à 20,0 kg/j) de plus que les vaches effi+ (de 20,1 à 19,3 kg/j). Les émissions journalières de CH4 des vaches effi- ont chuté de 49 g/j pour les vaches effi- et de 27 g/j pour les vaches effi+, avec une émission moyenne à 494 g/j en alimentation à volonté. La RAP n’a pas eu d’effet significatif sur la production laitière, le poids vif et les variations de poids vif. Cette RAP a resserré les différences entre vaches en termes d’EA, comme le démontre la baisse des écart-types de 0,87 à 0,69 kg MSI/j, jusqu’à ne plus avoir de différences significatives entre les effi+ et effi- à l’issue de la RAP. En conclusion, la restriction alimentaire de précision réduit les écarts d’EA entre les vaches et réduit leurs émissions de méthane sans dégrader leurs niveaux de productions.

Bovins laitiers | Efficience alimentaire | Elevage de précision | GES - gaz à effet de serre

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière