Tous les textes des 3R

Santé

Mammites | Ovins à viande | Santé animale

Détermination de la prévalence et des facteurs de risque des infections mammaires chez les brebis allaitantes du Québec

RIOUX G. (1), ARSENAULT J. (2), LEBOEUF A. (3), LABRECQUE O. (3), DUPLAIX L. (2), ELEMENT-B. C. (1)

(1) CEPOQ – Centre d’expertise en production ovine du Québec, Sainte-Anne-de-La-Pocatière, Qc, Canada.

(2) Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, Qc, Canada

(3) Ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec

INTRODUCTION
Au cours des dernières décennies, la productivité de l’industrie ovine au Québec a augmenté de façon substantielle, découlant en partie d’un plus grand nombre d’agneaux nés par brebis. Cependant, la rentabilité des troupeaux dépend également du poids total des agneaux sevrés par la brebis, qui est influencé par la production laitière. Chez les brebis, de nombreux agents pathogènes peuvent infecter la glande mammaire, cliniquement ou subcliniquement, et avoir un impact sur la production de lait (Gonzalo, 2002) et le gain de poids des agneaux (Grant, 2015). Dans les cas de mammites aiguës, les bactéries les plus fréquemment isolées sont Mannheimia haemolytica et Staphylococcus aureus (Arsenault, 2008 ; Smith, 2015). Dans les cas d’infection subcliniques, les informations concernant les différents agents pathogènes impliqués et leur prévalence restent rares dans les troupeaux ovins allaitants. L’étude présentée ici avait comme principaux objectifs d’estimer la prévalence et les facteurs de risque des infections mammaires subcliniques et d’un compte élevé de cellules somatiques chez les brebis allaitantes, et de déterminer la résistance aux antimicrobiens des isolats de Mannheimia haemolytica.

Mammites | Ovins à viande | Santé animale

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière