Tous les textes des 3R

Reproduction

Effet mâle | Ovins à viande | Reproduction

Modalités de présence des mâles dans les pratiques de reproduction en élevages ovins allaitants pastoraux du sud-est de la France

DEBUS N. (1), TESNIERE A. (1), BOCQUIER F. (2), MENASSOL J-B. (2), BESCHE G. (1), GUYONNEAU J-D. (1), DEMARQUET F. (3), LECONTE R. (4), PHILIBERT A. (5), GRISOT P-G. (5)

(1) INRA, UMR868 Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux, F-34000 Montpellier, France

(2) Montpellier SupAgro, F-34000 Montpellier, France

(3) EPLEFPA de Digne Carmejane, F-04510 Le Chaffaut, France

(4) MRE, F-04100 Manosque, France

(5) Idele, F-75012 PARIS, France

RESUME

Pour conseiller les éleveurs sur les modalités d’utilisation des mâles dans les pratiques de reproduction en élevages ovins allaitants pastoraux du sud-est de la France nous avons testé, d’une part l’impact de la présence de bélier sur le moment d’apparition du pic préovulatoire de LH dans l’objectif de suivre les chaleurs des brebis pour poser un diagnostic de l’hypofertilité à l’IA et d’autre part trois modalités de réalisation de l’effet mâle.
La 1ère expérimentation a porté sur 2 lots de 80 brebis (40 Mérinos d’Arles et 40 Préalpes du sud), mises en présence ou non de deux béliers vasectomisés équipés d’un détecteur électronique de chevauchement (Alpha-D®) et introduits juste après le retrait des éponges. Les brebis ont été synchronisées avec un traitement classique (FGA + eCG). Des prises de sang ont été réalisées toutes les 4h pendant 72h pour suivre l’apparition du pic de LH.
Les brebis ont été inséminées 52h après le retrait des éponges. La présence du bélier avance de presque 5h le début du pic préovulatoire de LH (33,2±0,7h avec béliers vs 37,8±0,8h sans bélier ; p<0.001) et raccourcit sa durée (11,6±0,6h vs 13,5±0,5h ; p<0.01) et ce aussi bien chez les Mérinos d’Arles que chez les Préalpes du Sud. La présence du bélier n’a en revanche pas affecté le taux de réussite à l’IA et ce dans les 2 races.
La 2ème expérimentation a porté sur 2 x 3 lots de 30 brebis (3 lots de Mérinos d’Arles et 3 lots de Préalpes du sud) : 1) lot vasecto : 2 béliers vasectomisés ont été intégrés dans le lot 14 jours puis la lutte a été assurée par 2 béliers entiers laissés 35 à 40j ; 2) lot entiers : 2 béliers entiers ont été introduits dans le lot sans effet mâle préalable, la durée de lutte a été identique (35 à 40j) ; 3) lot en case : 2 béliers entiers ont été placés dans une case voisine mais pas en contact direct des brebis pendant 14 j puis ont été introduits dans le lot pour une lutte de 35 à 40j.
Les brebis en contact indirect ont moins bien répondu à l’effet mâle que celles en contact direct (57% lot case vs 80% lot vasecto et 84% lot entier, p<0,01) et ont eu une date d’agnelage plus tardive (lot en case : 181j après le début de l’expérimentation vs 170j lot vasecto et de 167j lot entiers ; p<0,001). Cette réponse a été plus faible chez les Préalpes ; resp. 30% vs 63 et 64%. Après 17j de lutte nous avons eu plus de brebis pleines dans le lot vasecto que dans le lot entier (53% vs 27%). L’agnelage a démarré plus tôt dans le lot entiers (154j vs 165j lot vasecto et 166j lot case) mais a été plus regroupé pour le lot vasecto (27,5j vs 35,5j lot entiers et 30,5j lot case).
En conclusion, nous avons montré que la présence de bélier avance le pic préovulatoire de LH mais n’affecte pas la réussite à l’IA. L’Alpha-D® pourrait donc être un outil de diagnostic des problèmes de fertilité. Concernant l’effet mâle, le contact direct mâle/femelle n’est pas impératif mais améliore nettement la réponse à l’effet mâle et l’introduction directe de béliers entiers rallonge la durée de l’agnelage. L’utilisation de béliers vasectomisés pendant 14j suivi de l’introduction de béliers entiers donne les meilleurs résultats d’induction et regroupement des chaleurs chez les brebis Mérinos d’Arles et surtout Préalpes du Sud.

Effet mâle | Ovins à viande | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière