Tous les textes des 3R

Réduction des intrants chimiques en élevage

Caprins | Effet mâle | Réduction des intrants chimiques en élevage | Reproduction

Évaluation de la fertilité à l’IA après synchronisation hormonale sans progestagène ni PMSG en saison sexuelle couplée ou non à un effet bouc.

FATET A. (1), LOPEZ-SEBASTIAN A. (2), URRUTIA-LOPEZ B. (3), BOISSARD K. (4), JOHNSON L. (5), BONNÉ J.L. (6), FRERET S. (1), PELLICER-RUBIO M.-T. (1)

(1) UMR85 PRC, CNRS, IFCE, INRA, Université de Tours, 37380, Nouzilly, France

(2) INIA (Instituto Nacional de Investigación y Tecnología Agraria y Alimentaria), Departamento de Reproducción Animal. Avda. Puerta de Hierro. Km. 5,9. 28040. Madrid, Espagne.

(3) IMIDA (Instituto Murciano de Investigación y Desarrollo Agrario y Alimentario), Unidad de Producción Animal. C/ Mayor s/n. 30150. La Alberca. Murcia. Espagne

(4) UE1373 FERLUS, INRA, 86600, Lusignan, France

(5) Evolution, 59 route de la Vieille Carte, Le Bois Bonnevie, 37300 Joué-les-Tours, France

(6) Capgènes, 2135 Route de Chauvigny, 86550 Mignaloux-Beauvoir, France

INTRODUCTION

Dans le cadre du projet européen FLOCK-REPROD (20092013), un protocole de synchronisation avant insémination sans recours à un progestagène ou à la PMSG a été développé pour une utilisation exclusivement en saison sexuelle sur chèvres cycliques. Ce protocole, appelé « PG2 », est basé sur 2 injections de prostaglandine à 9 jours d’intervalle et l’effet mâle (Fatet et Tuauden, 2013). Il a été testé en élevage en Roumanie, en Grèce et en Espagne. Avec une fertilité moyenne de 52% sur mise-bas, les résultats de fertilité pour ce protocole sont plutôt encourageants malgré une différence de fertilité de 8% de moins par rapport au traitement hormonal classique et une variabilité importante des résultats entre les élevages (de 30 à 76% de fertilité ; Pellicer-Rubio et al. 2014). Cependant, pour réaliser un effet mâle avant insémination, une manipulation journalière des mâles est nécessaire et implique l’utilisation de tabliers pour éviter les saillies. Les éleveurs ayant participé aux essais ont globalement trouvé ces manipulations lourdes, contraignantes voire rebutantes. Le protocole PG2 doit être appliqué exclusivement en saison sexuelle sur des femelles déjà cycliques. En effet, les 2 injections de prostaglandines permettent de synchroniser les femelles en éliminant les corps jaunes en place ou en cours d’installation. Il n’est cependant pas certain que le rôle de l’effet mâle soit central dans ce protocole puisque les femelles sont déjà cycliques.
L’objectif de cette étude était donc d’évaluer la possibilité de réaliser ce protocole sans boucs, afin qu’il soit plus facilement utilisable sur le terrain, avec uniquement les 2 injections de prostaglandines à 9 jours d’écart et l’insémination à heure fixe après la 2nde injection.

Caprins | Effet mâle | Réduction des intrants chimiques en élevage | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière