Tous les textes des 3R

Le travail sous toutes ses formes

Durabilité | Le travail sous toutes ses formes | Ruminants (général) | Travail

Quelle prise en compte de la durabilité sociale des exploitations d’élevage dans l’enseignement supérieur agricole ?

OLLION E. (1), MUGNIER S. (2,3), CHAUVAT S. (4), COURNUT S. (2)

(1) ISARA-Lyon, département AGE, 69364 Lyon cedex, France

(2) Université Clermont Auvergne, AgroParisTech, Inra, Irstea, VetAgro Sup, UMR Territoires, 63178 Aubière, France

(3) AgroSup Dijon, département D2A2E, 21079 Dijon, France

(4) Institut de l’Elevage – SupAgro, 2 Place Pierre Viala, 34060 Montpellier

INTRODUCTION

L’évolution des demandes sociétales vis-à-vis de l’élevage (bien-être animal, qualité des produits, pratiques respectueuses de l’environnement), l’agrandissement des structures et la diminution de la main-d’oeuvre (Charroin et al., 2012), et l’évolution des attentes des éleveurs vis-à-vis de leur travail (Dedieu et Servière, 2012), rendent incontournable la prise en compte de la dimension sociale du développement durable de l’élevage. L’enseignement supérieur agricole, en formant les futurs acteurs de l’élevage, est une cible privilégiée pour améliorer la prise en compte de cette dimension, moins bien documentée que celles relatives à l’économie et l’environnement (Lebacq et al., 2013). Cette étude vise à faire un état des lieux partiel de l’intégration de la durabilité sociale des exploitations d’élevage dans l’enseignement supérieur agricole.

Durabilité | Le travail sous toutes ses formes | Ruminants (général) | Travail

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière