Tous les textes des 3R

Sélection génomique

Génétique | Génomique | Ovins à viande

Le gène d’hypertrophie musculaire du « Texel Belge » : identification, impact, introgression

GRASSET D. (1), BOUIX J. (2), BIBE B. (2), LEVEZIEL H. (3), GEORGES M. (4), LAVILLE E. (5)

(1) GEBRO, Groupement des éleveurs de brebis du bassin de Roquefort, Lauras, 12250 Roquefort

(2) INRA – SAGA, BP 52627, 31326 Castanet-Tolosan

(3) INRA - UMR 1061, génétique moléculaire animale, université de Limoges, 87060 Limoges

(4) Département de génétique, faculté de médecine vétérinaire, université de Liège, 43400 Liège

(5) INRA - UR 370, qualité des produits animaux, 63122 Saint-Genès-Champanelle

RESUME

La mise en évidence de la mutation d’hypermuscularité du Texel Belge est le fruit d’une collaboration entre plusieurs équipes de l’INRA et l’Université de Liège. Elle a impliqué la mobilisation de ressources expérimentales, de mesures fines des caractères, les apports de la génétique quantitative et moléculaire. Le mécanisme est original puisque la mutation n’affecte pas la région codante d’un gène et ne modifie pas de protéine. La mutation crée un site pour deux microARNs venant perturber l’activité de l’ARN transcrit, et donc la synthèse de la myostatine. La cause de l’hypertrophie est l’inhibition de la myostatine au stade fœtal. L’effet de la mutation est modéré par rapport à ses équivalentes en bovin : son intérêt est d’accroître la conformation sans perturber l’équilibre de l’animal. Ainsi l’organisation de sélection du GEBRO a entrepris l’introgression de cette mutation dans sa population Lacaune. Le programme produit actuellement les premiers reproducteurs homozygotes 15/16 Lacaune.

Génétique | Génomique | Ovins à viande

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière