Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins laitiers | Génétique | Reproduction

Caractérisation phénotypique des vaches laitières portant l’haplotype « fertil+/+ » ou « fertil-/- » pour un QTL de fertilité femelle situé sur le chromosome 3

COYRAL-CASTEL S. (1,2), RAME C. (2), FABRE-NYS C. (2), MONNIAUX D. (2), MONGET P. (2), DUPONT F. (2), EGGEN A. (3), FRITZ S. (4), MALAFOSSE A. (4), FAVERDIN P. (5), DISENHAUS C. (5), LE MEZEC P. (1), DUPONT J. (2)

(1) Institut de l’élevage, département génétique, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex12

(2) INRA, UMR physiologie de la reproduction et des comportements, 37380 Nouzilly

(3) INRA, UMR génétique animale et biologie intégrative, génétique et génomique bovine, 78352 Jouy-en-Josas

(4) UNCEIA, 149 rue de Bercy, 75595 Paris Cedex12

(5) INRA, UMR production de lait, 35590 St-Gilles

RESUME

Au cours de ces dernières années, la fertilité des vaches laitières hautes productrices a fortement diminué, notamment en race Prim’Holstein. Cette baisse de fertilité est en partie liée à une intense sélection de la productivité laitière. Des études réalisées par des généticiens ont mis en évidence plusieurs QTLs (Quantitative Trait Locus) de fertilité femelle chez la vache laitière. Nous avons choisi d’étudier des vaches laitières homozygotes à l’haplotype favorable « fertil+/+ » ou défavorable « fertil-/- » pour un QTL de fertilité femelle situé sur le chromosome 3 (QTL-Fert-F-BTA3), ce QTL étant impliqué dans les échecs précoces de la gestation. Plusieurs paramètres ont été étudiés sur quarante cinq génisses puis sur quarante et une vaches en première lactation. Nous avons observé que les primipares « fertil-/- » ont perdu plus de poids que les primipares « fertil+/+ » dans les sept premières semaines après vêlage. Dans cette même période, la production laitière ainsi que l’ingéré alimentaire des primipares « fertil-/- » ont été inférieurs à ceux des primipares « fertil+/+ ». Grâce aux profils de progestérone plasmatique, nous avons constaté que les animaux « fertil+/+ » ont repris leur activité ovarienne plus vite que les animaux « fertil-/- » après le vêlage. Nous avons enfin constaté un meilleur taux de réussite à la première insémination artificielle pour les animaux « fertil+/+ » que pour les animaux « fertil-/- ». La perte de poids après vêlage plus importante chez les animaux « fertil-/- » pourrait expliquer un allongement de l’inactivité ovarienne post-partum et une fertilité plus faible chez ces animaux par rapport aux animaux « fertil+/+ ».

Bovins laitiers | Génétique | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière