Tous les textes des 3R

L’insémination

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

Evolution des techniques de préparation de la semence et d’insémination artificielle chez les bovins

GERARD O. (1), PONSART C. (1), PETIT M. (2), HUMBLOT P. (1)

(1)UNCEIA, département R et D, 13, rue Jouët, 94704 MAISONS-ALFORT ;

UNCEIA, département fédéral, 149 rue de Bercy, 75595 PARIS Cedex 12

RESUME

L’insémination artificielle bovine représente en France la plus ancienne et la plus répandue des biotechnologies de la reproduction. Elle s’est développée au début des années 1950, d’abord avec de la semence réfrigérée mais a connu son plein essor dans les années 1960 grâce à l’avènement des techniques de congélation d’abord en pellets ou en ampoules puis en paillettes qui ont permis le stockage à long terme des semences et donc le développement des programmes de sélection. Elle apporte des garanties aux éleveurs en termes de qualité biologique et bactériologique de la semence, d’innocuité sanitaire des doses utilisées et de progrès génétique apporté par les reproducteurs issus des schémas de sélection. Sa réussite repose sur la maîtrise des techniques de préparation de la semence comprenant l’environnement à la collecte et le traitement de la semence, sur la technicité des éleveurs notamment pour la détection des chaleurs et sur la qualité et la rigueur de la mise en place. Le présent article se propose de retracer les pratiques et les évolutions observées dans l’amélioration des techniques en vigueur que celles-ci soient le fruit de perfectionnements progressifs tels que le code à barres sur les paillettes ou de technologies de rupture telles que le sexage de la semence ou la génomique.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière