Tous les textes des 3R

Environnement et nutrition azotée

Bovins laitiers | Environnement | Systèmes d’élevage

Impact des systèmes laitiers productifs sur l’environnement. Flux d’azote à l’échelle de l’exploitation

LE GALL A. (1), LEGARTO J. (2), CABARET M.M. (3), FARRUGGIA A. (4)*

(1) Institut de l’Elevage, RP 67, 35652 Le Rheu Cedex

(2) Institut de l’Elevage, Domaine d’Ognous, 40190 Arthez-d’Armagnac

(3) Chambre d’Agriculture, des Côtes-d’Armor, BP 540, 22195 Plérin Cedex

(4) Institut de l’Elevage, ENSAIA, BP 172, 54505 Vandoeuvre-Les-Nancy Cedex

* Avec la collaboration de F. CHENAIS (Institut de l’Elevage), J.Y. BLOUIN et D. FOLLET (Chambre d’Agriculture des Côtes-d’Armor), J. DUBROCA (ARPEB)

RESUME

Plusieurs expérimentations ont été menés en France et en Europe sur des systèmes laitiers afin d’évaluer leur impact sur l’environnement. Ces systèmes complets, conduits avec retour des engrais de ferme sur les surfaces correspondantes, intègrent les bonnes pratiques visant à limiter les risques de pollution (alimentation et fertilisation raisonnée, couverture du sol, désherbage mixte, etc ... ). Les flux d’azote et les pertes d’azote nitrique et ammoniacal ont été quantifiés aux différentes étapes du cycle dans l’exploitation : étable et stockage, épandage des engrais de ferme, champ. Les résultats des expérimentations menées à Ognoas (Sud-Ouest) et Crécom (Bretagne) sont particulièrement développés et discutés par rapport à ceux obtenus dans les autres sites européen. Ces travaux montrent que les systèmes laitiers productifs et améliorés présentent des soldes d’azote à l’échelle de l’exploitation compris entre 120 et 160 kg azote/ha SAU. Dans ces conditions, les pertes d’azote nitrique sont comprises entre 40 et 60 kg/ha/an en milieu filtrant et 10 et 20 kg/ha en sols limoneux avec une faible lame drainante. Dans les différentes situations, la concentration en nitrates de l’eau drainante est proche de 50 mg/litre. Ces résultats sont discutés au regard des marges & progrès existantes, du niveau d’intensification et des phénomènes observés à l’échelle du bassin versant. Ces études montrent aussi que la part respective de prairie ou maïs dans le système fourrager (entre 20 et 100 % de maïs) a peu d’influence sur les pertes d’azote nitrique si les systèmes présentent un chargement identique et si la conduite environnementale des deux types de couvert est optimisé. Les différences deviennent plus significatives dès lors que l’accroissement de la part de la prairie entraine une inflexion du chargement. Enfin, la prairie présente d’autres atouts (faible utilisation de produits phytosanitaires, limitation des risques d’érosion et de ruissellement, maintien du taux de matière organique des sols) qui rendent les systèmes herbagers moins vulnérables pour l’environnement.

Bovins laitiers | Environnement | Systèmes d’élevage

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière