Tous les textes des 3R

Reproduction

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

Hormone Anti-Müllérienne (AMH) et réponse à un traitement de superovulation chez la vache

RICO C. (1), FABRE S. (1), BONTOUX M. (1), TOUZE J.L. (1), REMY B. (2), BECKERS J.F. (2), DI CLEMENTE N. (3), MONNIAUX D. (1)

(1) INRA, PRC, UMR 6175 INRA/CNRS/Université de Tours/Haras Nationaux, 37380 Nouzilly

(2) Faculté de Médecine Vétérinaire, Université de Liège, B-4000 Liège, Belgique

(3) INSERM, UMR S-782, 92140 Clamart

INTRODUCTION

L’existence d’une forte variabilité individuelle des réponses à un traitement de stimulation ovarienne par les gonadotropines (superovulation) constitue un frein important au développement des méthodes de production et de transfert d’embryons chez les bovins. Chez la femme, dans le cadre des traitements de procréation médicalement assistée, il a été montré que l’AMH (Hormone Anti-Müllérienne), sécrétée par les cellules de granulosa des follicules ovariens, est un bon marqueur endocrinien du développement folliculaire et que son niveau plasmatique permet de prédire l’intensité de la réponse ovarienne à un traitement de stimulation par les gonadotropines (Visser et al., 2006). L’objectif de ce travail était de rechercher l’existence de relations similaires chez les bovins.

Bovins à viande | Bovins laitiers | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière