Tous les textes des 3R

Alimentation

Alimentation | Caprins | Qualité viande

Les protéines myofibrillaires chez le jeune bouc Boer : influence de la sous-nutrition.

A.M. de ALMEIDA (1), L.M. SCHWALBACH (2), J.P.C. GREYLING (2), L.A. CARDOSO (1)

(1) CIISA - CVZ Faculdade de Medicina Veterinária Polo Universitário da Ajuda- Rua Professor Cid Santos, 1300-477, Lisboa, Portugal E-mail : aalmeida@fmv.utl.pt

(2) Departement of Animal Science, University of the Free State, Bloemfontein, Afrique du Sud

INTRODUCTION

La sous-nutrition pose de sérieux problèmes à l’élevage ovins et caprins dans les régions tropicales. On peut suspecter que les pertes de croissance des animaux ont des conséquences induites sur les produits viande et lait (Almeida et al., 2006a). La sous-nutrition et la réduction de la croissance a des effets physiologiques très importants sur les caractéristiques des muscles des ruminants (Ameredes et al., 1999), contrairement au rat de laboratoire qui semble maintenir son niveau de protéines miofibrillaires (Almeida et al., 2002 ; Almeida et al., 2006b). Mais très peu d’informations sont disponibles chez la chèvre, notablement chez les jeunes chevreaux.

L’objectif de ce travail est la détermination des profils des protéines miofibrillaires du muscle semi-membraneux chez le jeune bouc de race boer ayant reçu deux niveaux d’alimentation avant l’abattage correspondant pour le plus bas à une sous alimentation simulant une station sèche tropicale.

Alimentation | Caprins | Qualité viande

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière