Tous les textes des 3R

Alimentation

Bien-être - Comportement | Caprins | Complémentation

Effet d’une supplémentation en acide alpha-linolénique pendant la gestation et la lactation de chèvres sur la sensibilité aux agents stressants et les capacités d’apprentissage de leurs chevreaux.

C. DUVAUX-PONTER (1), K. RIGALMA (1), S. ROUSSEL (1), A.A. PONTER (2)

(1) UMR INRA INA P-G, Physiologie de la Nutrition et Alimentation, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris

(2) UMR INRA ENVA Biologie de Développement et Reproduction, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort

INTRODUCTION

Alors que les besoins en acides gras poly-insaturés (AGPI) du cerveau en développement sont élevés, les apports en acides arachidonique (AA, C20:4n-6) et décosahéxaénoique (DHA, C22:6n-3) peuvent être très faibles en l’absence d’utilisation de produits d’origine marine. L’AA et le DHA proviennent soit directement de l’alimentation, soit de l’apport alimentaire d’acide linoléique (LA C18:2n-6) et d’acide α-linolénique (ALA C18:3n-3), respectivement (Zhou et Nilsson, 2001). Le développement et l’apprentissage des jeunes peuvent être perturbés si des AGPI ne sont pas apportés en quantités suffisantes pendant la gestation ou post mise bas (Frances et al., 1996). L’alimentation (en particulier la composition en acides gras de la ration) peut influencer le fonctionnement du cerveau et donc la sensibilité au stress (Walker, 2005). Nous avons étudié les effets d’une supplémentation en ALA durant la gestation et la lactation sur la sensibilité aux agents stressants et les capacités d’apprentissage des chevreaux.

Bien-être - Comportement | Caprins | Complémentation

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière