Tous les textes des 3R

Reproduction

Alimentation | Bovins à viande | Reproduction

Les vaches Charolaises sous-alimentées en post-partum présentent une élévation de la proportion d’acide oléique plasmatique dans les AGNE.

PONTER A.A., DOUAR C., MIALOT J.P., BENOIT-VALIERGUE H., GRIMARD B.

Unité Biologie de la Reproduction, Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, 7 Av. du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Aljbrt cedex. FRANCE

INTRODUCTION

La sous-alimentation en post-partum est souvent associée à une augmentation des concentrations d’acides gras non-éstérifiés (AGNE) plasmatiques et à une réduction de la fertilité des vaches (Easdon et al. 1985 et Grimard et al. 1995). Chez le monogastrique, il a été montré que la mobilisation des acides gras n’est pas dépendante de leurs concentrations dans le tissu adipeux mais du nombre d’atomes de carbone et du nombre de double liaisons des acides gras du tissu adipeux (Raclot et al. 1995 et Halliwell et al. 1996). La mobilisation est plus rapide pour les acides gras à faible nombre d’atomes de carbone et à nombre de double liaisons élevé. Certains acides gras (AG) ont des effets sur la reproduction par l’intermédiaire des prostaglandines (Filley et al. 1999) et I’acide oléique est plus efficace que les autres acides gras sur l’inhibition de la synthèse de testostérone in vitro (Meikle et al. 1996). L’objectif de ce travail est d’étudier I’influence de la sous-alimentation sur le profil des acides gras mobilisés en période post-partum chez la vache allaitante.

Alimentation | Bovins à viande | Reproduction

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière