Tous les textes des 3R

Alimentation - Fermentations ruminales

Alimentation | Caprins | Complémentation | Qualité aliment

Valeur nutritionnelle de quelques sources de magnésium mesurée chez la chèvre laitière.

MESCHY F. (1), BEGUIN J.M. (2), DAGORNE R.P. (2)

(1 ) INRA, Laboratoire de Nutrition et Alimentation INA PG 16, rue Claude Bernard 75231 Paris cedex 05

(2) CODISLAIT BP 1 22121 Yffiniac cedex

INTRODUCTION

La nutrition minérale des ruminants repose sur la connaissance des besoins des animaux mais aussi sur celle de I’efficacité digestive et métabolique des apports réalisés par les divers ingrédients des rations, ce dernier point étant encore assez mal connu. Les sources inorganiques de magnésium sont utilisées pour corriger les éventuelles déficiences des rations de base (aliment minéral) mais aussi de façon plus spécifique à certaines
périodes de I’année (début du printemps et de I’automne) dans le cadre de la prévention des tétanies. Les sels les
plus couramment utilisés en alimentation animale sont les oxydes (ou magnésie calcinée). Certains facteurs de variation de leur valeur nutritionnelle ont pu être identifiés comme la granulométrie ou la température de calcination du carbonate de magnésium (travaux de Hemingway et coll.). Les phosphates de magnésium peuvent présenter l’intérêt d’un apport simultané de phosphore et de magnésium, ils constituent en outre une bonne source d’apport de P. L’objectif de ces essais était de comparer l’efficacité nutritionnelle de deux formes chimiques (oxydes et phosphates) et de deux formes de présentation physique (poudre ou semoulette) des oxydes, les phosphates étant sous forme de semoulette.

Alimentation | Caprins | Complémentation | Qualité aliment

rechercher dans les textes des 3R

Tous les textes des 3R

Rechercher un texte

Par auteur Par thème/filière